Game of thrones

Ecrit avec doigté parPolo le peintreJeudi, Janvier 3, 2013 - 02:06

Après une guerre des sexes impitoyable, l'homme vagabonde à sa vie tel un roi déchu, exilé de son royaume machiste, il laisse place au règne de la féminine rose. L’homme ne doit pas pour autant abdiquer, car pour récupérer son bien, sa couronne, il peut toujours s'assoir sur son trône.

Il n'est pas chose aisée d'en parler. Pourtant ce trône est bien connu de tous, mais l'endroit est peu exprimé. Cette salle, ce lieu d’aisance revêt cependant de multiples appellations : water-closets, petit coin, commodités, siège, toilettes, pour ma part je préfère le qualifier de trône.

Alors, pourquoi parler de ce trône tabou ? Parce que sans dégoût, il est emblématique, il est le siège de notre royaume, il fait partie de notre quotidien. J'en veux pour preuve que selon World Toilet Organisation, oui ça existe, la « WTO » ça pourrait presque être une fédération de boxe, bref d'après cette charmante organisation nous nous rendons environ 2500 fois aux toilettes par an, sur la base de 6 à 8 fois par jour. Cela représente presque 3 ans de notre vie. Et quoi qu’elles en disent, les femmes y restent plus longtemps que les hommes. Ces dames y passent en moyenne entre 2 min 33 s et 3 minutes alors que nous les mecs, nous semblons plus pragmatiques la durée de ce passage étant entre 1 min 24 s et 1 min 53 s. Et bien que statistiquement nous y passions moins de temps, ce lieu reste le siège de notre masculinité.

Dès les premiers âges, il nous caractérise en tant qu’homme. C'est là que nous prenons de la hauteur, le regardant debout fièrement avec autant d'allant qu'un Manneken-pis. Aux premiers émois de l'adolescence, il en devient un lieu de plaisance où chacun a pu, peut ou pourra toujours y exprimer sa joie. Puis, plus tard lors de rencontres fortuites et intimes, cette pièce enchantée où on l'on redécouvre les senteurs des fleurs de lotus, du trèfle ou du mimosa grâce à leurs feuilles prêtes à embaumer notre postérieur, devient (même en territoire ennemi) un refuge où Zephir ,Mistral, Tramontane peuvent tournoyer à profusion. Enfin lorsque que votre heure aura sonné, face à l'ultime tabou du couple, parce qu'elles ne le font pas, vous le ferez et d'un bronze vous pourrez proclamer « c'est une fille en or, entre nous c'est du solide ! ».

Mes amis, mes frères, mes camarades, asseyez-vous sur ce trône temple de notre virilité affirmée! En ces jours funestes, l'homme roi sans royaume n'en perd pas moins son trône. Votre mère hier, votre femme aujourd'hui vous reprochent d'y passer une éternité sans comprendre que nous trônons, sans entrevoir que nous y siégeons à nos affaires les plus importantes. Fonzie ne s’était pas trompé, il en avait fait son QG. Car ce lieu de relaxation a sûrement vu naître les plus grandes inventions. Quand on y pense, c'est précisément là, loin de l'agitation du monde, loin des tracas du quotidien, loin des conversations inutiles, qu'avec paix et sérénité le génie de l'homme prend sa genèse. Car quel autre lieu qu'une bibliothèque peut se targuer de tant de lecture et de culture ? Qui d'entre vous n'a jamais dit « l'autre jour j'étais aux chiottes et j'ai eu une idée de fou » et qui ne vous a jamais répondu « ah, mais grave, mais c'est génial » parce qu'elle c'est plutôt du genre en sortant « j'me disais il faut que j'm'achète une nouvelle paire de chaussures ».

Désormais, toi l'amant, toi le mari, toi le jouvenceau équipé de ton papier illustré, tu iras noblement trôner là où en une fraction de seconde, la vie d'un homme voire de l'humanité peut changer. Et tu en ressortiras triomphant !