Le pantalon anti-meuf : le megging !

Ecrit avec doigté parPolo le peintreMercredi, Février 20, 2013 - 18:39

Nous sommes en 2013, ci et là j'ai pu lire que le megging allait être une vraie tendance pour l'homme. Pour le moment nous sommes relativement épargnés, mis à part quelques blogueurs fashionistas en manque de crédibilité mode, cette tendance reste faible. Cela me donne envie de souffler un ouf de soulagement. 

Pour rappel un megging correspond au pendant masculin du legging, une sorte de collant à la con coupé aux chevilles, pour faire simple le pantalon de Robin des bois. Vous comprendrez donc mon soulagement de voir cette tendance avoir peine à sortir des podiums. 

Ces dernières années, le  Slim nous a déjà été imposé. Franchement, à moins d’être gaulé comme un cure-dent, ou de postuler pour la nouvelle star, pourquoi nous infliger ça ? Oui, parce que lorsqu’on est bâti comme un rugbyman, hormis vouloir ressembler à un personnage de Toy Story, le slim ça passe pas. Alors, imaginez les meggings. À l’exception des super héros, qui le portent pour des raisons évidentes de praticité et d'aérodynamisme. Cet habit ultra-collant n'est vraiment pas une bonne idée esthétique pour l'homme. 

Question mode, le revival des années 80 cela peut-être sympa pour certaines pièces. Un perfecto à la limite ça passe encore, c'est un classique masculin. Mais là, les meggings on revient au pire des années 80. Honnêtement, je ne comprends pas les créateurs de mode. Niveau icône du kitsch Milli Vanilli l'ont si bien porté que deux générations entières ont évité de les imiter.

Le problème c'est qu'aujourd'hui le Megging  c'est la pièce maîtresse d'un tutti frutti du dressing. Et donc si j'ai bien compris les modeux, il faut le porter avec un short, des pompes des années 80 de préférence modèles plateforme et selon le style désiré avec :

  • une chemise de bucheron canadien ( style 90's),
  • un pull-over de ski au motif chatoyant (style hipster ) 
  • ou un poncho en peau de yak( style diva déchue type Whitney Houston ou Magloire au choix). 

Bien entendu, le tout associé à une coupe de cheveux version jeunesse hitlérienne surmontée d’un borsalino ou bien d'une crête multicolore, discrétion et bon goût.

Il ne faudra pas oublier l’accessoire ultime : le sac à main porté sur l'avant-bras avec une féminité exacerbée, autant dire qu’avec ce look vous finissez par ressembler à un Boy George nazi. Bref, un grand n’importe quoi stylistique qui risque de vous faire kidnapper par une mafia albanaise pour finir en bête de foire dans un cirque Ouzbek. 

Alors, si vous êtes cycliste de profession on vous pardonne. Si vous êtes hétéro, je crois que le fascisme de la mode a fini par vous couper les couilles au sécateur. Si vous êtes d'un autre bord, Wake Up C'est pas parce que vous préférez les mecs qu'il faut se la jouer gonzesse. Prenez exemple sur la série "Spartacus".Après une bonne baston torse poil, bien sanguinaire, à base de coupage de membres et d'éclatage de crâne, certains ne se refusent pas une bonne enculade virile. C’est tout à fait respectable, ça faisait partie de leurs moeurs, mais ils n'en restaient pas moins des gladiateurs exprimant masculinité et virilité. Pour le coup, vous me direz que les Romains portaient très bien le Megging, la jupe et les tropéziennes, mais c'était il y a 2000 ans et depuis l'humanité a évolué. 

Donc, NON aux meggings ! Non à l’inspiration rétrofuturiste du pantalon pour homme, il y a mieux à faire, il y a plus créatif à trouver.

Ainsi, je demande solennellement aux créateurs de mode de se renouveler parce qu'on tourne en rond sur un objet que l'homme persiste à vouloir abandonner. Par pitié plus jamais ça !