les Wesh Wesh et le culte du soleil

Ecrit avec doigté parPolo le peintreMercredi, Mars 27, 2013 - 11:20

Chaque grande civilisation a connu son culte du soleil, les Romains, les Égyptiens, ou encore les Incas. Notre civilisation ne fait pas exception. Un nouveau peuple est apparu au début de ce siècle, les wesh wesh. Leurs origines sont peu identifiables, ce peuple a émergé aux quatre coins de la France du Nord au Sud. Héliotrope, beaucoup d’individus migrent régulièrement « à la capitale », mais aussi dans des contrées lointaines, aux Amériques et cela malgré une incapacité notoire à s’exprimer dans la langue des autochtones.

Leur style vestimentaire s'inspire grandement des coutumes des habitants de cette terre nommée États-Unis. Paillette, strass, jeans, étoffes fluorescentes. Aujourd'hui, certains wesh wesh portés aux nues, ont même réussi à habiller ces peuplades éloignées à l’image du king de la fashion le célèbre Christian Audigier.

En ce qui concerne leur langage, difficilement identifiable, il est basé sur un ensemble d’onomatopées. Les wesh wesh communiquent beaucoup par télé-messages. Voici une retranscription d’une tentative de reproduction :

-"Tumplé graV", "jt kif t trp bi1" . Ce qui signifie : Tu me plais beaucoup. Je ne peux rester insensible à ta beauté, pouvons-nous avoir relation sexuelle.

Pour mieux connaître ce langage : le dico des wesh wesh

Leur culte

Au-delà de leurs moeurs étranges, les wesh wesh vouent littéralement un culte au soleil, ainsi toute allégorie à celui-ci est une expression à cette dévotion. De fait, ils ont une attirance immodérée pour tout ce qui brille. Ces «Estebans» des temps modernes pourraient être résumés par ce petit couplet.

« Enfant du soleil
Tu parcours la terre le ciel
Cherche ton chemin
C´est ta vie, c´est ton destin
Et le jour, la nuit
Avec tes deux meilleurs amis
À bord du Grand Condor
Tu recherches les Cites d´Or »

Leur fascination pour cet astre s’exprime sous de multiples formes. L’une d’entre elles est basée sur une vieille croyance des années 80, l’exposition plus que prolongée au soleil. Pour la pratiquer, ils convergent régulièrement dans leurs lieux de culte, appelés les points soleil. Dans ces sanctuaires dédiés au rayonnement solaire artificiel se déroulent des cérémonies sacrificielles à la chaine. En effet, les wesh wesh offrent leur peau blanchâtre au supplice du cancer de la peau, après plusieurs années de pratique, l’effet rechercher est une couleur abricot, avec un aspect fripé. Un autre rite pour se rapprocher du soleil consiste à contribuer au trou de la couche d’ozone sans retenue, grâce à l’utilisation massive de laque en aérosol.

La modification corporelle fait partie intégrante des rituels des wesh wesh, couplé au teint brunâtre, un blanchissement des dents est souvent nécessaire pour illuminer ses paires. Les femmes n’hésitent pas à augmenter de façon démesurée leurs attributs féminins, notamment chez les grandes prêtresses comme Nabilla. Cet usage s’apparente au rite de la supernova chirurgicale pour atteindre l’éclatement en hommage aux étoiles en expansion. Le cas le plus connu est celui de Loana. Une autre coutume est le lissage de la peau dès le début de l'âge adulte, avec la volonté affichée de devenir une poupée de cire afin de fondre devant son dieu.

Ce peuple à la démarche assurée et lambinante est en constante élévation spirituelle. Cette ascension se traduit par la position avachie en tous lieux et toutes circonstances. Malgré les progrès de la médecine moderne, l’orthopédie est dans l'incapacité de les contraindre à se tenir droit. Les chercheurs ont encore du mal à comprendre ces postures. L’hypothèse la plus probable serait le poids de cette charge mystique issue de leurs croyances, d'autres évoquent un déficit physique face à l’attraction terrestre.

D’un point de vue métaphysique, l'allégorie du soleil ne s’arrête pas qu’à la transformation corporelle. L'accoutrement vestimentaire est tout aussi important. Les femmes se chaussent de plateforme pour toucher le ciel, les hommes se parent de quincaillerie et de strass pour toujours plus briller.

L'ascension sociale

L’objectif avoué de tous ces rituels, devenir une star, une étoile, un soleil. Ils doivent donc briller de mille feux. Dénués de toute luminosité intellectuelle, les wesh wesh sont pourtant à la recherche perpétuelle de la mise en lumière. Celle-ci passe par plusieurs parcours initiatiques identifiés.

Le premier, réservé aux hommes, est un sport où peu de mots suffissent pour s’exprimer, car l’intelligence se situe dans les pieds. Le football permet au wesh wesh de dédier sa vie à la balle, objet sphérique représentant le soleil sur terre, le but étant d’essayer de capturer le soleil dans de grandes cages pour s’en approcher. 

Un autre parcours est beaucoup plus obscur. Certains groupes télévisuels en font une exploitation. Recruté pour sa nativité, le wesh wesh se voit offrir la promesse d’un voyage dans sa contrée d’adoration pour devenir célèbre. Jouant sur les incapacités de discernement des wesh wesh et leur mauvais goût immodéré pour les choses matérielles, des rapts sont organisés à la sortie des points soleil par les chaînes de Télé. Les producteurs mystifient leurs esprits à l’aide de l’utilisation abusive de spots lumineux et de caméras, accompagnés de musiques aux paroles franglaises de Gilles Lucas.

Aveuglés par une ambition solaire, des égos décuplés, les wesh wesh se font avoir, à eux les portes de la téléréalité. Exposés et surtout moqués, les wesh wesh brillent enfin, malheureusement de leur ignorance. Le risque de déchéance et de grave dépression est important à la sortie. Cette forme d'exploitation est paradoxalement un des véhicules de recrutement des wesh wesh. un cycle vicieux se met en place. Nous ne comprenons pas encore tout de la société des wesh wesh et de leur culte. Cependant, beaucoup d'anthropologistes considèrent l’augmentation de leur population comme préoccupante. Seule solution connue à ce jour pour remédier à cette progression, l’utilisation massive d'écran total et de dictionnaires.