Blood Diamond pour les nuls - A la poursuite du diamant gay

Ecrit avec doigté par: EsquimauMillésime 2007

L'histoire en gros

C’est l’histoire d’un mec en Amérique du Sud, à moins que ce soit l’Afrique en fait, ben qui trouve un gros diamant dans l’eau, et c’est un diamant gay vu qu’il est rose, et dans ces pays-là ils ne rigolent pas avec ça, alors on envoie un hélicoptère genre bien gros pour choper le diamant gay.

Dedans l’hélicoptère y’a le méchant de la Momie, qui a été aussi le méchant de 24H, en gros le mec n’est pas capable de jouer autre chose que des méchants chauves (imagine le CV du bonhomme…. Profil : méchant vraiment pas gentil et chauve). Bref Leonardo Di Carpaccio il bosse pour le méchant chauve, mais il bosse surtout pour lui-même parce qu’il a le profil du méchant qu’en fait il a un bon fond et il se repentira de toutes ses conneries quand il chopera la gonzesse, d’ailleurs la zouzette j’y reviendrai parce que c’est un sacré morceau, du genre qu’on trouve pas vraiment dans les ONG en Amérique du Sud, ni en Afrique d’ailleurs, et pas souvent au Club Med…. J’en étais où ? Ah oui, Leonardo il fait le mercenaire homo refoulé qui doit récupérer le diamant gay pour son boss mais en fait il le veut pour lui, car comme ça il pourra le troquer contre un billet d’avion et des putes à Pigalle.

Et ?

Oulala,  vous vous dites ce film il est trop compliqué pour moi, mais non vous allez voir c’est pas l’histoire des compagnies diamantaires en Afrique auxquelles on ne comprend rien, c’est plus l’intolérance envers une communauté qui est dénoncée… Bon ça c’est pour la partie réflexion que vous pourrez sortir à un dîner pour vous la raconter façon Ardisson et ses potes du Show biz. Y’a surtout une grosse partie castagne et romantique qu’est trop de la balle.

Le reste du film

Alors voilà comment ça se passe, y’a des mecs avec des machettes qui coupent pas que du jambon de Parme ben ils coupent des bras, comme ça tu vois le mec ils coupent des bras, shlaff! Comme ça pour rien du genre « t’as pas l’heure ?! » « Ben je te coupe le bras comme ça si un jour on t’offre une montre tu te la foutras au cul! »… Faut savoir que ces mecs sont hyper vulgaires, écoutent du Sean Paul à donf dans des pickups venus droits du Texas (prononcer Teczas) et mettent encore leur casquette en arrière pour faire genre on est MC Hammer, sauf que le bonhomme, ça fait 10 ans qu’on l’a pas vu sur MTV. Bref, ces mecs pas gentils sont que dal au courant de la hype, et encore moins de la Nouvelle Star. Imaginez ces gens plus le méchant chauve qui courent après le gentil qui a trouvé le diamant gay, le héros qui a un bouc, et la meuf qui prend des photos genre Vogue. Tout ça ça castagne sévère et que vas-y que je cours dans la jungle du Maghreb, blablabla ça tire dans tous les sens et ça se bute à foison sans sommation, comme pour les bras de toute à l’heure. Le moment romantique c’est quand Leo il se confie à sa belle toujours nickel propre sur elle pour lui avouer que si il est méchant c’est parce qu’il a eu une enfance difficile, comme si cette technique de drague on l’avait pas déjà tous fait! Pfff après pendant le reste du film il l’emballe forcément, mais on ne le voit pas la mettre sa part pour autant, il n’a pas le temps en fait, et ce n’est pas en pleine jungle Amazonienne que le gars il va trouver la moindre capote...

La fin

À la fin pour faire court y’a le gentil black qui tue le méchant black qui entre-temps avait perdu un œil, ensuite il retrouve sa femme et ses gosses, y’a Leo qui tue son vieux mentor (le méchant chauve), mais ensuite se prend une balle et du coup passe un coup de fil à sa chérie pour lui dire qu’il est désolé (« sorry ») en matant un coucher de soleil, et là ça te tire les larmes vu que Leo il crève comme une carpette et c’est le gentil black qui revend le diamant gay pour s’envoyer une grosse baraque à Londres et faire des pseudo conférences sur l’homosexualité chez les diamants en Amérique du Sud, à moins que ce soit l’Afrique….

Blood diamond, ra7or l'a vu pour vous. Vous pouvez retourner glander!