Old School : Comment niquer un super coup ?

Ecrit avec doigté par: Polo le peintreMillésime 2007

Alors voilà, l’autre soir dîner avec un pote à l’improviste, une petite adresse, le tropical en plein milieu des quartiers chics, un ovni, sorte de bar d’autoroute américaine. Cette ambiance particulière me met de fort bonne humeur après une bonne collation.

J'enchaîne donc shot de rhum sur shot de rhum et fini par mon milkshake favori « banane rhum » (il fait très mal celui-ci). J’ai pris soin de faire boire mon wing man en devenir pour cette soirée, car il ne sait pas encore où il va mettre les pieds. C’est plutôt le genre réservé lorsqu’il s’agit de sortir. Pour le convaincre, je lui vends le Pink danse comprise. Le petit bar exotique où nous étions n'était pas très loin de nos lofts respectifs. Petit passage de relooking pour lui, pour moi veste suffira. Nous nous mettons en chemin, ne voulant pas me faire dépouiller à la première danse au Pink, je préfère lui montrer le Black Calvados (boite à rockstars et mannequins dans 10 m2) où j’ai mes habitudes.

Petite bise à Laetitia ma barmaid préférée, deux Blacks Calvados (boisson toute noire et acidulée j’adore). On se pose, il y a peu de monde, mais la musique toujours excellente garantit notre humeur joviale. Sur ce, je m’empresse d’aller aux toilettes pour un petit pipi. En revenant mon wing man est mort de rire et heureux comme tout. Je lui demande pourquoi, il me dit qu’une charmante demoiselle vient de lui palper l’entrejambe en lui susurrant dans l'oreille de la rejoindre au néo qui sera notre deuxième partie de soirée. Je me dis le con, moi aussi je veux ma coquine. Et là débarquent 5 Américaines toutes plus belles les unes que les autres. Mes yeux pétillent, mais bon je ne me sens pas d’attaque pour autant (pas de modjo ces jours-ci et oui ça arrive même aux meilleurs). Et bien finalement non, je me poste aux côtés de cette brochette New Yorkaises, et là une d'entre elles, Carolina, m’invite à m'asseoir près d’elle (c’est cool une Américaine c’est quand même moins compliqué qu’une Parisienne). Bref,là elle me dit « écoute avec mes copines on a déclaré que tu étais le plus mignon de la boite » étonné, mais heureux je souris Colgate. Nous engageons donc la conversation et je dis à mon pote de se
ramener, ses dames crèchent au Crillon, ont entre 25 et 30 ans (je précise) et nous arrosent de champagne. LE TOP.

La soirée se passe et sur les coups de 3 heures une lubie de Karaoké les prend, elles sont toutes excitées à cette idée, mon dieu que faire ? Je leur propose donc un deal on va voir si sur les champs il n’y aurait pas un de ses bars à chansons télévisées et sinon, direct au néo, elles acceptent volontiers. Sur le chemin du karaoké, perdu je draguouille la petite Carolina gentiment pendant que mon super wing man très retissant au départ est aux anges et ne sait plus où donner de la tête. Grand ouf de soulagement : pas de karaoké en vue, direction le néo. JB à l'entrée, comme d’habitude fait toujours la tête, mais me laisse gentiment rentrer avec toutes ces demoiselles. Nous voilà dans mon antre, les 5 charmantes me proposent de continuer au champagne, je m’exécute donc, et oui je rêve de me réveiller dans les draps d’un lit gigantesque au Crillon, je crois, bien que cela m’ait bien plus fait fantasmer ce soir-là que sa locataire. Bref, tout se passe bien, nous dansons, super wing man se lâche et me chope l’une d’entre elles. 

Pour ma part, je le sens plutôt bien, jusqu’au moment où je faillis totalement. Je vois la Carolina faire des pas de danse bizarres, trébucher contre un pouf (et non une pouf, on ne sait jamais), je ne comprends pas ce qui se passe, elle tend les bras. À ce moment précis je suis en mode slow motion à vrai dire (champagne+rhum+black calvados) je la vois donc littéralement s’éloigner de moi à une vitesse tout petit v et se rétamer avec la grâce et l'élégance qui la caractérise. Je la regarde, souris, hausse les épaules et lui jette un regard l’air de dire, mais ma belle qu’est-ce qui t’arrive faut rester debout. L’instant qui suit je peux lire dans son regard un “fucking asshole where is your french galanterie “ . Forcement, je n’ai pas assuré, elle m’a pris par surprise à 5 du mat comment voulez que je la rattrape?

Et voilà à ce moment-là j’ai su tout de suite que c’était mort. Cela s’est bien vite confirmé, fini de jouer, elle décide de rentré 1/4 d’heure plus tard, je pars faire mon devoir à la caisse aie !!! Je remonte à la sortie, plus personne, plus de Carolina seul mon ami avec celle qu’il nous a brillamment séduite mannequin rousse d’1m 75 avec des petites fesses en or le petit salaud. Je rogne un peu fasse à cette situation, finalement lui aussi n’aura pas le droit aux draps en soie, elle rentre seule en taxi, faut l’excuser tout ça était un peu nouveaux pour lui. Quant à moi, je vous ai montré comment parfaitement niquer un super bon coup en une fraction de seconde.

Alors, merci qui? Merci ra7or.